Website on global south and decolonial issues.

“L’Afrique noire est-elle maudite ?”, de Moussa Konaté : schizophrénie africaine

Pourquoi l’Afrique reste-t-elle la lanterne rouge du monde ? Peut-elle s’en sortir ? Parmi les ouvrages publiés à l’occasion du cinquantenaire des indépendances, celui de l’écrivain malien Moussa Konaté livre la profession de foi limpide, profonde et courageuse d’un Africain amoureux de son continent, loin des essais et romans exploitant la peur suscitée dans les pays riches par les catastrophes africaines.

S’il a délaissé les polars dont il régale régulièrement ses lecteurs, c’est qu’il y a urgence à parer au “désastre annoncé”. Il s’agit non seulement de déconstruire les clichés occidentaux, mais surtout de porter la plume dans la plaie, en pointant la part africaine des responsabilités. La force du constat, dénué de toute haine de soi, est fracassante : l’Afrique est malade d’une culture qui dévoie l’idée de solidarité pour en faire un terrible moyen d’asservissement et un puissant facteur d’inertie.

En Afrique, tout repose sur “un pacte entre l’individu et la société basé sur la soumission à la famille auquel tout est subordonné, même l’amour”, constate-t-il. Les conséquences en sont désastreuses. Derrière l’apparente convivialité, la soumission au groupe favorise le parasitisme, la corruption et la tyrannie, au détriment du travail.

Le poids de la famille engendre une difficulté à s’isoler qui freine la lecture et l’étude, favorise la médiocrité intellectuelle. L’obligation de verser ses revenus, même maigres, dans le “tonneau sans fond de la solidarité” entrave l’épargne, l’initiative et donc le développement. Les frontières de caste perpétuent les privilèges.

Moussa Konaté se montre percutant dans son analyse des rapports entre hommes et femmes africains. La famille polygame ? Un “lieu de confiscation” de la parole et de la pensée de l’individu, une “torture psychologique infligée non seulement à la femme mais à l’enfant”. L’excision ? Une “ablation du désir”, un “viol de la personnalité” perpétuant la toute-puissance masculine et le confinement de la femme dans un rôle de gardienne des traditions.

Le réquisitoire est d’autant plus implacable qu’il n’assène pas des slogans destinés à réconforter des Occidentaux en proie à la culpabilité postcoloniale, mais procède d’analyses minutieuses.

Si les Africains sont ainsi enfermés dans un mode de vie qui est “une prison pour l’esprit”, explique Moussa Konaté, c’est qu’ils se sont défendus de l’agression de la colonisation en se repliant sur des cultures traditionnelles magnifiées, tout en admirant le savoir des Blancs. D’où un complexe d’infériorité et une amertume persistante.

“Renouveau humaniste”

Pour sortir de cette schizophrénie, les Africains doivent “reconnaître leurs torts”, à commencer par le rôle de certains de leurs chefs dans le commerce des esclaves. Sans se renier, ils doivent “réformer d’urgence leur modèle de société”. Libérer l’individu, interdire la polygamie et les mutilations sexuelles, instaurer l’école obligatoire et la transparence des revenus des dirigeants…

L’ambition est immense et à contre-courant des forces dominantes – notamment religieuses et politiques – à l’oeuvre sur le continent. Moussa Konaté montre néanmoins la voie du “renouveau humaniste” dont les Africains pourraient donner l’exemple au monde en prouvant “que l’homme n’est pas condamné à choisir entre le développement et la solidarité”.


L’AFRIQUE NOIRE EST-ELLE MAUDITE ? de Moussa Konaté. Fayard, 240 p., 16,50 €.

Philippe Bernard

Le Monde

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.