Website on global south and decolonial issues.

Achille Mbembe

Cameroun. Professeur d’histoire et de sciences politiques à l’Université de Witvatersrand (Johannesbourg) et directeur de recherche au Witwatersrand Institute for Social and Economic Research (WISER) à Johannesburg. En publiant De la postcolonie, Achille Mbembe s’est affirmé comme un des penseurs les plus féconds dans des domaines qui relèvent de l’histoire, de la sociologie et de la philosophie politique. Cet ouvrage a surtout fait l’objet de débats passionnés dans les universités anglo-saxonnes. L’auteur est conduit à développer une double critique dont l’actualité est évidente : celle de l’universalisme abstrait (qu’il analyse comme une nationalisation de l’universel) mais aussi celle d’un certain usage des postcolonial studies qui, à trop mettre l’accent sur les différences, se détournent de la recherche du semblable. Il cite également les traits qui font la force des « démocraties occidentales » : le compromis sur lequel est fondé l’Etat Providence, la capacité de légitimer les antagonismes sociaux à travers des formes d’affrontements politiques plus ou moins pacifiques et la constitution à travers ces antagonismes mêmes d’un monde commun. Si ces atouts aujourd’hui se délitent, sa réflexion sur l’éthique du prochain est bien de nature à renouveler la réflexion politique contemporaine.

  • 1985 Les Jeunes et l’ordre politique en Afrique noire, Éditions L’Harmattan, Paris 1985 ISBN 2-85802-542-8
  • 1996 La naissance du maquis dans le Sud-Cameroun, 1920-1960 : histoire des usages de la raison en colonie.
  • 2000 De La Postcolonie, essai sur l’imagination politique dans l’Afrique contemporaine. (English edition On the Postcolony, 2001. Second revised French edition, 2005.)
  • 2000 Du Gouvernement prive indirect
  • 2010 Sortir de la grande nuit – Essai sur l’Afrique décolonisée
  • 2013 Critique de la raison nègre
  • 2016 Politiques de l’inimitié

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.