Website on global south and decolonial issues.

Julieta

JulietaJulieta

p.p1 {margin: 0.0px 0.0px 8.0px 0.0px; font: 11.0px ‘Trebuchet MS’; color: #000000; -webkit-text-stroke: #000000} p.p2 {margin: 0.0px 0.0px 8.0px 0.0px; text-align: justify; font: 11.0px ‘Trebuchet MS’; color: #000000; -webkit-text-stroke: #000000} span.s1 {font-kerning: none}

“Suivez vos rêves”, a-t-elle dit, avec un regard brillant. « Croyez en vous, car les autres auront des doutes sur vous. Produire des jouets était mon rêve d’enfance. J’ai travaillé au gouvernement pendant 21 ans. J’ai eu deux enfants, un salaire fixe, une carrière… Mais j’étais malheureuse, car je ne faisais ce que j’aimais. Donc, après 21 ans, j’ai dit : ‘ça suffit ! je ne veux plus être malheureuse. Je veux faire ce que j’aime’ et tous m’ont dit : ‘Êtes-vous folle ? Comment pouvez-vous penser à quitter ce travail ? Vous avez une position privilégiée, un poste très important, un salaire stable, une grande sécurité et tout. Ne laissez pas tomber ça!’. J’ai dit : ‘Mais non ! Je serai une mère heureuse pour mes enfants’. J’ai quitté mon poste pour faire le projet de mes rêves… De cette façon, j’ai commencé à produire des jouets et je suis allée de l’avant. Puis, j’ai ouvert cette boutique. Elle s’appelle « Il était une fois un rêve ». 

« Ce projet a affronté des difficultés, bien sûr. Il n’y avait pas beaucoup de producteurs de jouets au Portugal lorsque j’ai commencé à les faire. Ni les jouets avaient une telle importance. Ils n’étaient que des jouets. Ce qui est différent pour moi. Tous ont des noms, des histoires. En ce moment, j’ai le travail que j’aime. Je suis heureuse parce que je fais tous les jours ce que j’adore. Sans pression, sans ordres et je vois des visages heureux toujours. Les gens qui entrent dans cette boutique sont spéciaux, car ils savent que mes jouets sont plus qu’un simple plastique. Ils sont beaucoup plus », nous a dit Julieta.  

« Les gens ne devraient pas avoir peur de faire le premier pas. La vie elle-même n’est-elle pas effrayante ?  Il faut que quelqu’un change le cours de la vie à un certain moment et assume les risques pour ce qu’il aime ». 

Julieta a fêté ses soixante ans récemment. Ça fait vingt ans qu’elle fait ce qu’elle aime. Elle voyage toujours quand elle peut en Afrique et dans d’autres lieux pour être volontaire en apprenant aux personnes à fabriquer des jouets. Ces jouets, qu’elle a appris à produire, sont faits dans différents endroits du monde.

J’ai connu Julieta lorsque je pensais à quelle histoire je devais raconter au début de ce projet. J’espère que ce récit sera une source d’inspiration à ceux qui attendent le jour de réaliser leurs rêves, ayant peur de les réussir. Car son histoire, c’est la mienne et aussi la vôtre et tout cela, c’est à nous.         

My Kaaba is HUMAN Stories

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.